A. 4. Déterminants de « secrets »

     « Secrets » recherche la valeur ajoutée optimale, en empruntant des voies particulières pour un avantage concurrentiel, par rapport aux approches similaires. De ce fait, ses spécificités et ses modes opératoires épousent l’ère du temps: l’exigence de qualité. Elles se distinguent en six aspects essentiels, qui contribuent à rendre cette approche accessible et efficace, pour relever les enjeux du travail. Ces défis fondamentaux seront rappelés avant de dérouler la grande machine elle-même. Ils sont théoriquement des données importantes pour le succès visé.

A. 4.1. Déterminant systémique ou intégral

    « Secrets » est un ensemble cohérent et dynamique d’éléments bien articulés et mis en oeuvre grâce aux savoirs adaptés par des personnes requises opportunément pour leur compétence. Dans ce contexte, chaque élément s’analyse dans une perspective globale avant toute considération sectorielle. Au niveau politique comme au niveau technique tout concept nouveau ou action individuelle doivent rejoindre le centre d’intérêt clairement défini et partagé par l’ensemble des acteurs impliqués. Ils doivent impacter à la fois, comme stimuli, le système entier et par conséquent ses composantes sans les isoler. Dans cette perspective le système performant découle de la bonne tenue de ses éléments et de la vision intégrale de sa stratégie qui impose de ne rien oublier de tout ce qui participe positivement à l’environnement d’un travail performant.

A. 4.2. Déterminant rationnel ou méthodique

     La science se fonde sur la raison et doit, de tout temps et en tout lieu, viser la simplification pour permettre aux prestations de correspondre aux attentes des populations. Elle s’appuie sur des principes cartésiens connus: l’évidence, la logique, la complétude et la cohérence en l’occurrence. « Secrets » ne déroge pas à ces exigences incontournables et emprunte la démarche scientifique pour se rendre accessible aux travailleurs de divers secteurs et surtout pour préserver sa compétitivité. Avec des savoirs clairs et maîtrisés par les acteurs, un processus visible et aisé à suivre, il apporte méthodiquement et rationnellement dans tous les secteurs d’activités, des réponses idoines aux aspirations légitimes des personnes humaines.

A. 4.3. Déterminant éthique ou de  » bénitude »

     L’éthique a pour problématique de fond des valeurs qui sous-tendent les comportements des hommes. Ces valeurs dans l’espace de travail s’appellent biens. Ceux-ci sont de plusieurs ordres: soit concrets, soit abstraits, parfois virtuels ou potentiels, voire simplement moraux ou intentionnels. Ils sont produits pour rendre à terme les hommes heureux. A cet égard, l’éthique apparaît comme une qualité décisive dans la mesure où le bonheur reste en ligne de mire dans le processus du travail. Le caractère moral du travail est de ce fait indubitable tant dans son objet que dans sa démarche. Avec l’intention ou les besoins au départ, la sélection, la planification, la production sur son parcours et la consommation à la fin, le contentement ressenti traduit la finalité d’un projet parvenu à son terme, avec la sauvegarde, sur toute la ligne, de la transparence et de l’assurance qualité.

A. 4.4. Déterminant séquentiel ou de traçabilité

  Pour rendre efficace un travail complexe, il convient de le simplifier, notamment par sa segmentation en plusieurs lots spécifiques, en des tâches abordables ou en des séquences consécutives. Cette façon de procéder requiert une programmation conséquente à tous les niveaux axiaux de « secrets ». Que ce soit sa politique, son système et sa méthode d’une part ou sa stratégie, sa tactique et sa technique d’autre part, la nécessité de ce que les pionniers dans le management appelaient la division du travail et qu’il convient de présenter sous le concept de processus ou d’algorithme s’impose. Le processus: suite cohérente des actions bien imbriquées trace le chemin à suivre, étape par étape, palier après palier, avec méthode et habileté, afin d’accomplir parfaitement les opérations déterminées.

A. 4.5. Déterminant itératif ou répétitif

     Ce qui est réussi mérite d’être répété sans cesse tant que l’innovation ne propose rien de neuf pour améliorer l’ordre ancien. Cela ne signifie guère qu’il faille encourager l’inertie ou la routine infructueuse bien sûr. Mais l’expertise s’allie toujours positivement à l’expérience afin d’accorder une place à l’innovation et de parvenir ensemble à atteindre une performance idéale. Si l’ouvrier de la chaîne de travail accomplit des gestes répétitifs c’est parce qu’il est convaincu non seulement de l’importance de la complémentarité des postes liés au processus, mais également, de l’efficacité de ses gestes dans l’atteinte des résultats attendus au bout. Cela doit intégrer la programmation: à savoir la présence effective et la valorisation du temps, grâce à l’adoption d’un rythme des opérations adéquat.

A. 4.6. Déterminant mnémotechnique ou de l’apprentissage

     Le travail même le plus élémentaire s’apprend afin de produire des effets satisfaisants. La formation passe mieux si elle est pédagogiquement ajustée, surtout lorsqu’elle s’adresse à des non initiés. L’appropriation des astuces de « secrets » est facilitée par la mnémotechnie qui utilise les acronymes élaborés avec des termes familiers. De « secrets »: la politique, à la finalité : « bénitude », le travail plonge ses racines dans la culture des biens. Il passe par les phases intermédiaires: système, méthode ou stratégie. Ces instruments se déclinent en autant d’abréviations que possibles et contribuent à l’apprentissage de leurs mécanismes. Elles pourraient s’avérer digne d’intérêt pour toutes les catégories de travailleurs.

   Toutes les caractéristiques ci-dessus présentées conditionnent le travail tel que « secrets » préconise de le déployer afin d’en garantir la qualité. En effet, le travail doit produire un résultat capable de contenter toutes les parties prenantes de son processus. Il est le moyen idéal, précis et concret de générer l’épanouissement dans les règles de l’art, grâce à une implication volontaire et constante de maintenir cet environnement le plus longtemps possible au bénéfice de tous. Dès lors, il importe de savoir comment s’approprier la manière la mieux qualifiée pour relever les enjeux du travail et vivre heureux. Mais avant d’accéder à la stratégie proposée et d’espérer en tirer les avantages conséquents, il convient au préalable de connaître ces enjeux.