MENU

Première partie:

A- Les bases théoriques d’un management bienveillant : « secrets »

I- Spécificités de la démarche « secrets »

1. « Secrets » ou succès assuré

1.1. Définition théorique de « secrets »

1.2. Définition générale

1.3. Définition acronymique

1.4. Théorie stratégique.

2. Fondements de « secrets »

2.1. Fondements naturels

2.2. Fondements bibliques

2.3. Fondements philosophiques

2.4. Fondements littéraires

2.5. Fondements sur les acquis de l’expérience.

3.Principes-clés de « secrets »

3.1. Principe de corrélation

3.2. Principe de rationalité

3.3. Principe de sociabilité

3.4. Principe de confiance

3.5. Principe de compétence

3.6 Principe d’éthique : de l’intention à la jouissance.

4. Déterminants de « secrets »

4.1. Déterminant systémique ou intégral

4.2. Déterminant rationnel ou méthodique

4.3. Déterminant éthique ou de « bénitude »

4.4. Déterminant séquentiel ou de traçabilité

4.5. Déterminant itératif ou répétitif

4.6 Déterminant mnémotechnique ou de l’apprentissage.

II- Problématique du travail à succès

5- Les ressources indispensables du travail

5.1. Ressource chronique de base : le temps

5.2. Ressources naturelles diverses

5.3 Ressources humaines et savoirs compétents

5.4. Ressources pécuniaires et moyens financiers

5.5. Ressources matérielles, infrastructures et équipements

5.6 Ressources médiatiques et informations.

6- Les dix enjeux du travail à succès : « 10E »

6.1. L’enjeu de l’existence des êtres intéressés

6.2. L’enjeu des exigences à satisfaire

6.3. L’enjeu de l’écosystème d’entreprise

6.4. L’enjeu de l’efficience ou de la productivité

6.5. L’enjeu de l’efficacité ou de la satisfaction

6.6. L’enjeu de l’exubérance ou de l’abondance

6.7. L’enjeu de l’épanouissement ou du contentement

6.8. L’enjeu de l’excellence et du développement

6.9. L’enjeu éthique de l’exaltation ou du bonheur

6.10 L’enjeu de l’éternité, de la pérennité ou de la durabilité

7. Les trois objectifs majeurs du management bienveillant

7.1. Simplifier le travail

7.2. Soulager le travailleur

7.3. Satisfaire les attentes.

B- Les phases de la démarche « secrets »

La démarche « secrets » est une volonté manifeste, d’une entreprise individuelle ou collective, de conduire le travail de manière à fournir, grâce à des ressources efficientes, des résultats excellents c’est-à-dire des produits à la mesure des attentes des populations. Elle se subdivise en plusieurs phases imbriquées.

8. La politique stratégique: « secrets »

8.1. Le « s » de stratégie

8.2. Le « e » d’efficace

8.3. Le « c » de concret

8.4. Le « r » de réussite

8.5. Le « e » des enjeux

8.6. Le « t » de travail

8.7. Le « s’ de satisfaisant

9. Le système de « secrets » : « cae »

9.1. La conception: la base du système de production

9.2. L’action: la pourvoyeuse de la production

9.3. L’évaluation: indispensable au progrès

10. La méthode de « secrets » : « comme »

10.1. La conception en premier rang

10.2. L’organisation en second rang

10.3. La mise en place en troisième rang

10.4. La mise en œuvre au quatrième rang

10.5. L’évaluation au bout du système

11.  La stratégie de « secrets » : « recommencera »

11.1. La recherche des voies et moyens du travail

11.2. L’expérimentation des possibilités

11.3. La conception et conceptualisation

11.4. L’organisation ou machine structurelle

11.5. La mise en place des ressources diverses

11.6. La mise en œuvre de la production

11.7. L’évaluation des processus et des résultats

11.8. La négociation entre les parties prenantes

11. La consultance pour un enrichissement

11.10. L’élucidation ou expurgation des freins

11.11. La révision des équipements et approches de maintenance

11.12. L’amour qui englobe toute la stratégie

12. La tactique de « secrets » : « trésors »

12.1. Le travail d’après « secrets »

12.2. La régularité au travail

12.3. L’efficacité du travail

12.4. La sûreté du travail

12.5. L’obtention de la plus value

12.6 Les résultats de qualité par « secrets »

12.7. La satisfaction de toutes les parties prenantes

13. La technique de « secrets » : « tcd »

13.1. Les techniques de travail

13.2. La déontologie du travail selon « secrets »

13.3. Les arcanes de la technique : « tcd »

C- La culture impulsée par « secrets » : la « bénitude »

14. La hiérarchie des savoirs

Le savoir est un potentiel de plus ou moins haut niveau d’intelligibilité, susceptible de se déployer sous plusieurs formes spécifiques. Il est un instrument, mieux un pouvoir déterminant dans la vie humaine dans un environnement écosystèmique. Il en existe de plusieurs formes au delà des deux que l’on distingue habituellement : la

 

15. Les différents types de biens

16. La portée de l’amour pour « secrets »

   Savoir est bien mais aimer est mieux. L’amour incarne le bien absolu et il est bon de le savoir. En combinant stratégiquement dans une dynamique synergique les deux ressources : l’amour et le savoir, du début  à la fin du travail, une garanti de succès émerge. Sans ces pré-requis et un bon guidage managérial,  il n’y a point de  développement humain approprié et/ou durable tel que préconisé par la Banque Mondiale.