B. 9.2. La conception: la base du système de production

   A la base, tout travail est à soumettre à la réflexion. Il doit débuter au niveau de l’esprit parce qu’il est généralement inspiré par une idée, autour d’un besoin identifié, ou à défaut, impulsé par un bien, à l’usage répandu. Cette démarche vise à rechercher, une solution appropriée, à un problème aux contours bien cernés. Car le travail ainsi perçu peut être considéré comme une réaction concrète à une attente réelle ou potentielle exprimée par des hommes. La conception est par conséquent le mûrissement d’une idée traduite par des mots qui la portent et permettent de la saisir, notamment à travers le cheminement de sa mise en valeur.

   Dans la reproduction des espèces, les êtres vivants: hommes, animaux et plantes, par exemple, se régénèrent par la conception. Celle-ci précède l’organisation dans son sens premier qui signifie: la constitution des organes. Insignifiant au départ, ce processus s’impose progressivement par une
massification des cellules vitales spéciales et la mise en place des systèmes fonctionnels dont se compose un corps.
La conception, en entrevoyant l’objectif, prépare l’action subséquente qui permet de l’atteindre effectivement. Elle conditionne le succès de l’action si elle est menée avec sagacité, en conformité avec les exigences de la science et selon les conditions contextuelles du domaine technique concerné. Pour éviter l’immobilisme et le tâtonnement, le professionnel élabore avant toute chose un projet conforme aux exigences de son art et aux débouchés de ses produits. C’est ce projet qu’il doit réaliser judicieusement en s’appuyant sur un plan ou un schéma qui en retrace les contours et les différentes étapes de son déroulement. Il est la garanti du succès dès lors que l’objet final réalisé correspond parfaitement au concept initial ou en quelque sorte que la solution élaborée satisfait le besoin exprimé.

B. 9.2.1  Élaboration
L’élaboration s’intègre dans la conception, comme une de ses phases intrinsèques au cours de laquelle se prépare la mise en place des composantes du travail à accomplir et se réalise effectivement et efficacement les opérations productives essentielles. Elle vise une application méthodique et technique des opérations avec l’effet de répondre aux besoins connus. Élaborer consiste à travailler de manière réfléchie avec des outils, des matériaux et des données favorables à l’obtention des résultats de qualité. L’élaboration est une francisation de l’expression anglaise: « a labour action » ou l’action de travailler.
Dans la mesure où tout travail appelle une réflexion préalable ou de toute évidence une maturation logique, il faut se donner du recul pour lui assurer des implications opportunes, séquencées et efficaces. Avec l’élaboration, tous les aspects du processus et toutes les ressources potentielles sont examinés pour rechercher des bons résultats. Un travail élaboré est celui qui se déploie dans toutes ses dimensions et parvient à satisfaire ses acteurs par son professionnalisme et ses destinataires par la qualité de ses produits qui impactent leur vie. L’élaboration peut se décliner en plusieurs autres séquences conceptuelles.

B. 9.2.2 Projection
La projection est une phase de l’élaboration qui suppose une mise en perspective, sous la forme descriptive ou graphique d’un dessein. Elle peut se présenter sous la forme d’un texte, d’un canevas, d’un schéma ou d’une maquette de ce que le travail est censé produire grâce à un processus clairement défini et judicieusement suivi. Elle dessine à petite échelle la réalité telle qu’elle devra se dérouler par des actes concrets ou devra apparaître à la fin conformément aux normes en vigueur et aux indications envisagées, en vue d’un résultat probant. Il est évident que c’est le projet, bien ficelé, qui détermine la fiabilité du travail et oriente le jugement de conformité porté sur le produit fini.
Sans projet bien élaboré, le travailleur évolue à tâtons avec des incertitudes quand aux chances de succès de ses opérations et de la qualité de ses résultats. Le projet doit prendre en compte toutes les variables qui directement et même indirectement interfèrent avec le travail attendu. Notamment, il doit intégrer la notion de temps afin de l’impliquer avec efficience par un chronogramme approprié. Mais le projet doit répertorier les ressources nécessaires à sa réalisation, préciser leurs provenances et orienter les choix à opérer pour le réussir de façon a satisfaire toutes les attentes avec le moins de nuisances possibles.
L’élaboration des projets est l’affaire des experts soucieux d’assurer un développement harmonieux à même de préserver les équilibres vitaux essentiels qui sauvegardent les écosystèmes. Par l’anticipation virtuelle de la réalité, le bon projet se positionne comme un outil de pilotage qui détermine la qualité du travail, satisfaisant aux plan social, écologique et économique.

B. 9.2.3 Programmation
La programmation permet d’introduire dans le projet, le chronogramme: outil de mesure du temps dans son implication dans les activités à mener. Elle positionne le projet et ses axes prioritaires dans le temps afin d’en faciliter la réalisation, la supervision et le suivi de son évaluation dans les délais convenus. A ce titre il faut, plus que par le passé, valoriser le temps, qui est une ressource-clé pour le développement économique, dans sa triple dimension, c’est-à-dire sans sacrifier les valeurs historiques, actuelles et les innovations à venir.
La programmation fait intervenir les notions de moment, de durée, de vitesse et de délai afin que la productivité corrélative contribue à stimuler le développement recherché par le travail. Un projet est élaboré pour en assurer la programmation grâce à quoi l’on parvient à son terme et on peut en apprécier la pertinence.
Programmer c’est aussi prévoir, dans le temps et dans l’espace, les séquences de déroulement du projet en vue de sa concrétisation achevée.

B. 9.2.4 Planification

   Toute action stratégique découle de la conception et doit par conséquent se conformer à un plan directeur dûment élaboré. Car pour agir il faut faire de chaque instant une opportunité de progrès, de concrétisation du succès désiré par soi ou attendu des autres personnes que les résultats de l’action intéressent. Planifier revient à prévoir le déroulement dans le temps des projets, des actions ou des activités à mener pour atteindre un objectif fixé dans le temps.

   Le temps est toujours disponible, en dépit des perturbations atmosphériques qui imposent un ajustement, il convient de le valoriser par le travail, en intégrant ses divisions essentielles, notamment, par une pertinente assiduité. La minute, l’heure, le jour, la semaine, le mois et/ou l’année pris en compte simplement, arithmétiquement ou exponentiellement sont des variables incisifs du travail à succès.
Les plans de développement ont prouvé leur efficacité dans les pays où ils étaient bien conduits par des organismes habilité, notamment dans les pays d’économie socialiste. Ils ont également impacté les économies libérales dans une moindre échelle. Par exemple, les architectes et les urbanistes dessinent les villes, les agriculteurs utilisent des calendriers agricoles, les maçons et les charpentiers les plans de construction des maisons, les étudiants et les élèves utilisent des plans d’étude.       En fait, tous les travailleurs doivent se servir de plan pour conduire leurs activités déployées judicieusement et opportunément dans le temps pour maximiser leurs chances de réussite. L’élaboration, la projection, la programmation et la planification font partie d’un tout qui forme la conception sans laquelle le travail se résumerait comme chez les animaux à des actes répétés instinctivement pour satisfaire les besoins basiques sans aucune intention ou option d’épanouissement. C’est en projetant ses actions productives dans le temps et la durée que les hommes se distinguent des autres êtres agissants. Le « Je pense, donc je suis » cartésien revêt son sens ici dans la mesure où la pensée permet à tout homme de s’affirmer et donc de se découvrir.